Rapports CESGR (2007-2020)

Rapports sur la situation économique et sociale de la Grande Région

pour le compte du Comité Economique et Social de la Grande Région (CESGR)

Ces dernières années, le rapport sur la situation économique et sociale de la Grande Région s'est imposé comme un élément important d'analyse et offre un aperçu précieux des réalités de la vie et du travail dans la Grande Région. Il constitue donc une base importante pour un large éventail de décisions politiques dans le contexte transfrontalier.

Le rapport contient un catalogue d'indicateurs statistiques standardisés sur les thèmes de la population, de l'économie, de l'emploi et du marché du travail, de l'éducation et des conditions de vie. Les indicateurs sont illustrés par un graphique ou une carte et sont analysés dans un texte d'accompagnement. Depuis 2013, une deuxième partie du rapport est consacrée à un thème phare défini tous les deux ans et qui concerne un sujet faisant actualité en Grande Région.

Le réseau d'instituts spécialisés de l'Observatoire interrégional du marché du travail (IBA·OIE) est chargé depuis 2006 de la préparation du rapport sur la situation économique et sociale de la Grande Région pour le compte du CESGR. Actuellement, sous la présidence française, l'IBA·OIE a été chargé pour la neuvième fois de l'élaboration du rapport. La publication sortira fin 2022 et son thème portera sur l'adaptation des offres de formation aux nouveaux besoins du marché du travail transfrontalier de la Grande Région.

Le huitième Rapport sur la situation économique et sociale de la Grande Région a été élaboré par le Réseau des instituts spécialisés de l’IBA·OIE pour le Comité économique et social de la Grande Région, dans le cadre de la présidence sarroise du 17e Sommet de la Grande Région.

Comme les années précédentes, ce rapport est constitué de deux parties. La première partie est un catalogue de 51 indicateurs statistiques concernant les domaines suivants : « Population », « Economie », « Emploi et marché du travail », « Education » et « Conditions de vie ». Ce catalogue d’indicateurs standardisés donne un aperçu de la situation actuelle et des tendances d’évolution en Grande Région par rapport aux autres régions et au niveau européen. La nouveauté dans cette édition est la conception d'un nouvel indicateur dans le chapitre « Education » sur la mobilité des étudiants sur la base des chiffres de l'Université de la Grande Région (UniGR).

Le 25e anniversaire du Sommet des Exécutifs de la Grande Région et le 23e anniversaire du CESGR offrent l'occasion de dresser un bilan. La deuxième partie du rapport est consacrée au thème phare « 25 années en Grande Région – bilan et perspectives économiques et sociaux ». Dans un premier temps, une analyse quantitative présente grâce à des indicateurs de longue durée l’évolution de la situation démographique, économique, de l'emploi global et transfrontalier de la Grande Région ainsi que la position de la Grande Région au regard des objectifs européens de la stratégie Europe 2020. À l'occasion du 23e anniversaire du CESGR, le Conseil parlementaire interrégional (CPI) sous la présidence sarroise a commandé pour la première fois une évaluation spécifique de la mobilité transfrontalière sur une longue période (2000-2019). La partie qualitative présente une sélection des réussites du CESGR et de ses groupes de travail au cours des deux dernières décennies, relatives aux défis d’un espace économique transfrontalier, du marché du travail transfrontalier grand-régional, de la mobilité et des transports, et enfin de la coopération grande-régionale en matière de santé. Un regard sur les perspectives et les champs d'action futurs de la Grande Région complète la réflexion.

Le septième Rapport sur la situation économique et sociale de la Grande Région a été élaboré par le Réseau des instituts spécialisés de l’IBA·OIE pour le Comité économique et social de la Grande Région, dans le cadre de la présidence luxembourgeoise du 16e Sommet de la Grande Région.

Comme les années précédentes, ce rapport est constitué de deux parties. La première partie est un catalogue de 50 indicateurs statistiques concernant les domaines suivants : « Population », « Economie », « Emploi et marché du travail », « Education » et « Conditions de vie ». Ce catalogue d’indicateurs standardisés donne un aperçu de la situation actuelle et des tendances d’évolution en Grande Région par rapport aux autres régions et au niveau européen.

La deuxième partie consiste en un thème phare « La formation professionnelle continue à l’ère de la numérisation du monde du travail ». L’introduction évoque les changements liés à la numérisation du monde du travail et discute le rôle de la formation continue dans la gestion de cette transition. Une analyse qualitative détaillée présente pour chaque composante la structure de base de l’offre de formation continue, le rôle de la formation continue dans les stratégies régionales et nationales de numérisation ainsi que des bonnes pratiques de formations qui préparent à un monde du travail numérisé. La comparaison de la situation dans les différentes composantes mène à l’élaboration de perspectives et de champs d’action pour la coopération grande-régionale.

Le sixième rapport sur la situation économique et sociale de la Grande Région s’inscrit dans le prolongement des rapports des présidences précédentes. Comme la dernière fois, il se compose de deux parties : d’un catalogue d’indicateurs standardisé et d’un thème phare, cette fois-ci sur la situation de l’industrie dans la Grande Région. 

La première partie du rapport consiste en un catalogue d’indicateurs statistiques et quantitatifs, contenant plus de 50 indicateurs illustrés par des graphiques ou des cartes et par des textes courts. Les indicateurs permettent de tirer des enseignements comparatifs entre les régions et d’identifier les évolutions au fil du temps. Le rapport se décline en cinq grands volets : « Population », « Economie », « Emploi et marché du travail », « Education » ainsi que « Conditions de vie ». 


La deuxième partie consiste en un thème phare « La situation de l’industrie en Grande Région ». A l’aide des données statistiques secondaires et des analyses existantes, les auteurs présentent une évaluation de la situation économique et de l’emploi de l’industrie manufacturière en Grande Région. En outre, basé sur des entretiens d’experts, nous traitons les sujets de la numérisation, de l’énergie et de la situation de l’industrie sidérurgique dans la Grande Région. Le rapport se termine par un chapitre sur les différentes approches du dialogue social des pays membres de la Grande Région. 

Commandé par la présidence de la Rhénanie-Palatinat du 14e Sommet de la Grande Région pour le Comité économique et social de la Grande Région, le rapport s’inscrit – sous une forme nouvelle – dans le prolongement des rapports des présidences précédentes. Pour la première fois il se compose de deux parties.

La première partie du rapport consiste en un catalogue d’indicateurs statistiques et quantitatifs. Celui-ci est illustré par des graphiques ou des cartes et par des textes courts. Les indicateurs permettent de tirer des enseignements comparatifs entre les régions et d’identifier les évolutions au fil du temps. Le rapport se décline en cinq grands volets : « Territoire et population », « Economie », « Emploi et marché du travail », « Formation » ainsi que « Conditions de vie ».

La deuxième partie consiste en un thème phare « La main d’œuvre qualifiée – clé pour le développement économique et social de la Grande Région ». A l’aide des données statistiques secondaires, des analyses existantes et des interviews d’experts, nous présentons une évaluation sur le besoin actuel et futur de main d’œuvre qualifiée et solutions possibles en Grande Région.

Le rapport sur la situation économique et sociale de la Grande Région 2011/2012 a été élaboré par le Réseau des instituts spécialisés de l’IBA·OIE pour le Comité économique et social de la Grande Région, dans le cadre de la présidence lorraine du 13e Sommet de la Grande Région. Il s’inscrit dans le prolongement des rapports des 10e, 11e et 12e Sommets. Le rapport a pour principal objectif de présenter sous une forme synthétique les informations requises sur la situation socio-économique de la Grande Région, sa performance, les principaux problèmes auxquels elle se voit confrontée ainsi que les tendances d’évolution par rapport aux autres régions et au niveau européen.

Le troisième rapport est structuré pour l’essentiel comme son prédécesseur et se décline en cinq grands volets thématiques : « région et population », « économie », « emploi et marché du travail », « formation » ainsi que « conditions de vie ». Les indicateurs ont été développés et complétés de telle manière que les évolutions jusqu’en 2009 ont généralement pu être prises en compte dans les analyses. Le rapport est donc le reflet d’une période marquée dans le monde entier par une profonde crise économique et financière. L’accent particulier a été mis au vaste volet thématique des conditions de vie dans la Grande Région.

Le deuxième rapport du réseau des instituts spécialisés de l’Observatoire Interrégional du marché de l’Emploi (IBA·OIE) se fonde sur le rapport que l’OIE avait rédigé pour le Comité Economique et Social de la Grande Région dans le cadre du 10e Sommet. Le rapport est structuré pour l’essentiel comme son prédécesseur et actualise les principaux indices et enseignements. Par ailleurs, de nouveaux indicateurs ont été mis au point ou complétés afin de satisfaire aux informations requises en se basant sur les données disponibles. Il se décline en cinq grands volets thématiques : région et population, économie, emploi et marché du travail, formation ainsi que niveau et conditions de vie.

Le premier rapport réalisé par l’IBA·OIE à l’attention du Comité économique et social de la Grande Région présente les principales caractéristiques de l’évolution sociale et économique de la Grande Région sur la base d’un certain nombre d’indicateurs choisis. Le rapport de 80 pages s’articule autour de cinq champs thématiques : espace et population, économie, évolution du marché du travail et de l’emploi, enseignement ainsi que niveau et conditions de vie. Le bilan de la situation est complété par une esquisse sur les interdépendances, les interactions et les corrélations problématiques observées dans le domaine économique et social. Outre des considérations rétrospectives, les rédacteurs se sont dans ce contexte également appliqués à dégager diffé­rentes tendances prospectives.