Projections de la population

Selon les prévisions disponibles des offices statistiques, la population de la Grande Région devrait augmenter légèrement au cours des trois prochaines décennies pour s’établir en 2050 à 11 762 000 personnes dans l’espace de coopération. Cela représenterait une progression de 0,6 %, soit environ 73 800 habitants de plus qu'en 2020.

Toutefois, la structure de la population de la Grande Région est susceptible de changer de manière significative. Les projections démographiques jusqu'en 2050 montrent un vieillissement progressif de la population : outre un déclin constant de la tranche d'âge des moins de 20 ans (- 6,2 %), la population en âge de travailler, âgée de 20 à 64 ans, diminuera fortement (- 9,2 %).

Entre 2020 et 2050, plus de 632 600 personnes ne seront probablement plus disponibles pour le marché du travail de la Grande Région. En revanche, la tranche d'âge des personnes de plus de 80 ans augmentera presque autant (+ 608 680). Cela signifie que le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans sera d'un peu moins de 3,3 millions en 2050, contre 2,4 millions en 2020.

Projections de population jusqu‘en 2050

Evolution 2050 par rapport à 2020 en %

Calculs : IBA·OIE | Source : Offices statistiques de la Grande Région complété par nos soins avec STABEL / DEMOBEL

Les projections démographiques actuelles laissent prévoir une croissance démographique pour deux des six régions de l’espace de coopération, et ce tout particulièrement pour le Luxembourg. En effet, on s’attend ici à une augmentation de presque 48 %, pour atteindre une population totale de 923 653 personnes en 2050. Le Grand-Duché de Luxembourg continuerait ainsi à faire partie des pays de l’Union européenne qui bénéficient de la plus grande croissance démographique à l’avenir. Jusqu’à l’horizon 2060, limite des projections actuelles, l’évolution sera continuellement positive au Luxembourg

Une évolution positive en Wallonie, contrairement à la Communauté germanophone de Belgique : avec 212 693 habitants supplémentaires, la population de la Wallonie devrait également connaître une croissance importante d’ici 2050, soit + 5,8 % par rapport à l’année 2020. Une dynamique négative est attendue pour la Communauté germanophone de Belgique avec un léger recul de 0,8 % par rapport à 2020. Avec un déclin de 642 personnes par rapport à 2020, la région devrait compter près de77 230 habitants en 2050. Contrairement au Luxembourg et à la Wallonie où une augmentation de la population est prévue d'ici 2060, la population de la CG Belgique semble diminuer à partir du début des années 2030. Les augmentations au Luxembourg et en Wallonie pour la période 2020-2050 sont également en contraste avec les attentes pour la moyenne européenne, qui devrait baisser de 1,4 %.

Des prévisions à nouveau négatives pour la Lorraine : Les prévisions actuelles pour la Lorraine ne sont plus aussi positives que précédemment : dans les 30 ans qui viennent, les prévisions d’aujourd’hui parlent en effet d’un léger recul de la population (- 71 787 personnes ou - 3,1 %). En 2050, la Lorraine devrait enregistrer un peu plus de 2,27 millions d’habitants.

Poursuite du déclin démographique en Sarre et en Rhénanie-Palatinat : A l’inverse, le fort déclin démographique annoncé depuis longtemps déjà se poursuivra en Sarre : dans les 30 années à venir, la région allemande comptera encore 132 00 personnes de moins (soit une régression de 13,4 %) pour atteindre 854 000 habitants en 2050. La population de la Rhénanie-Palatinat diminuera également, mais dans une moindre mesure. En effet, jusqu’en 2050 on y attend un recul de 5,7 % (soit 233 093 personnes). En 2050, la Rhénanie-Palatinat ne compterait alors plus qu’une population de 3,85 millions d’habitants et perdrait dans l’année suivante ainsi sa place de région la plus peuplée de l’espace de coopération au profit de la Wallonie avec ses 3,86 millions de citoyens. Cet écart ne cessera de s’amplifier dans les années suivantes.

Projections de la population en Grande Région jusqu’à 2050 (2060)

Evolution de la population totale jusqu‘à 2050 (2060) par rapport à 2020 (2020=100)

Calculs : IBA·OIE | Source : Offices statistiques de la Grande Région complété par nos soins avec STABEL / DEMOBEL

Les projections à petite échelle pour l’année 2050 montrent des évolutions diverses sur les territoires grand-régionaux, qui s’expliquent par des différences dans les mouvements migratoires ainsi que dans les taux de natalité.

Des pertes importantes jusqu’à 2050 sont prévues pour la Sarre (- 13,8 %) ainsi que pour des parties du Palatinat occidental, par exemple à Birkenfeld et Pirmasens avec plus de - 15 %. Les raisons de ces baisses sont des déficits importants concernant les naissances, qui ne peuvent être compensés par l’immigration. Les « Kreise » du Palatinat occidental se trouvent également loin des centres à l’est de la Rhénanie-Palatinat. Dans la région de Mayence, les pertes sont nettement moindres puisque celle-ci bénéficie de sa proximité géographique avec l'agglomération Rhin-Main et d'une infrastructure de transport relativement bonne. Malgré le dynamisme économique du Luxembourg voisin, l'évolution démographique de la région de Trèves devrait être négative (- 4,2 %).

Pour la Wallonie, il est attendu jusqu’en 2050 une croissance démographique sur quasiment tout le territoire, bien qu’il existe des différences entre les arrondissements : une croissance démographique supérieure à la moyenne est prévue dans les arrondissements de Waremme (+ 24,2 %) et de Bastogne (+ 23,1 %), tandis que Philippeville (- 6,7 %), Tournai (- 3,1 %), Charleroi (- 2,5 %), Marche-en-Famenne (- 2,2 %) et Mouscron (- 1,4 %) devraient connaître des baisses plus ou moins légères.

La population de la Communauté Germanophone de Belgique devrait selon les prévisions rester un peu moins stable (- 0,6 % en 2050).

Pour l'ensemble de la Lorraine, une légère baisse de la population est prévue (- 1,7 %). Les départements de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle connaîtront une légère augmentation de + 0,7 % et + 0,6 % respectivement, tandis que les départements des Vosges et de la Meuse devraient connaître des baisses de population de - 9,6 % et - 8,6 % respectivement.

Projection de la population totale entre 2020 et 2050

Variation de la population totale en 2050 par rapport à 2020, en %

Auteur de la carte : GIS-GR/SIG-GR

Calculs : IBA·OIE | Sources : Rheinland-Pfalz: STALA RLP, 5. regionalisierten Bevölkerungsvorausberechnung (mittleren Variante, Basisjahr 2017) ; Saarland : STALA SL/DESTATIS, 14. koordinierte Bevölkerungsvorausberechnung (Basis 31.12.2018, Variante W2) ; Luxembourg : STATEC / EUROSTAT, Projections de population (scénario principal) ; Lorraine : INSEE, Estimations de population et recensements de la population ; INSEE, Projections de population départementales et régionales à l'horizon 2050 réalisées avec le modèle OMPHALE 2017 selon le scénario central ; Wallonie / DG Belgien : STABEL - DEMOBEL ; Perspectives de population 2020-2071