Les atelier-débats de l’IBA·OIE (2005-2021)

Les atelier-débats de l'IBA·OIE 2021

Annonces et rétrospectives depuis 2005


L'après Covid-19 : quel marché du travail pour la Grande Région ?

Atelier-débat de l'IBA·OIE du 16 novembre 2021 - pour la première fois sous forme numérique

L’IBA·OIE, qui fête ses 20 ans cette année, organisera son prochain atelier-débat sous présidence française du Sommet le 16 novembre 2021 sous format digital.

Le but de cet atelier-débat est de réunir des experts qui nous présenteront et échangeront sur les impacts de la crise sanitaire sur le marché du travail de la Grande Région, mais également sur l’avenir du travail.

Selon l’OIT, la pandémie a entraîné des bouleversements sans précédent qui, en l’absence d’action politique concertée, marqueront le paysage social et de l’emploi pour les années à venir. En effet, des mesures immédiates ont été prises à l’arrivée de la pandémie sur nos marchés du travail pour affronter la crise, préserver les emplois et protéger les revenus des salariés travaillant dans les secteurs les plus touchés. Si ces mesures semblent atténuer à court terme les effets néfastes de la crise sanitaire, il se pourrait que les inégalités se creusent à moyen et long terme, une fois ces mesures levées.

Par ailleurs, la transformation du monde du travail déjà en cours avant pandémie semble s’être accélérée ces derniers mois et implique une préparation pour faire face aux nouveaux défis à venir. Dans ce contexte, le travail frontalier, qui occupe une place particulière en Grande Région, mérite une attention particulière, afin que la mobilité des travailleurs continue d’être moteur de notre région.

Les marchés de l’emploi transfrontalier du coeur de l’Europe

Atelier-débat de l'IBA·OIE le 03.12.2019 dans la Maison Robet Schuman à Scy-Chazelles

L’atelier-débat de l’Observatoire interrégional du marché de l’emploi (IBA·OIE) de cette année, qui a eu lieu le 3 décembre dans l'historique Maison Robert Schuman (située à Scy-Chazelles près de Metz) a rencontré un vif intérêt de la part du public expert présent.

Presque 60 participants ont pu assister aux interventions enrichissantes traitant du thème « Les marchés de l’emploi transfrontalier au cœur de l’Europe » et ont pu, à la suite des exposés, discuter des perspectives de l'observation du marché de l'emploi au sein des régions frontalières européennes et des opportunités d'une coopération plus étroite. 

Les deux discours introductifs de Prof. Dr. Heinz Bierbaum (Directeur de l’INFO-Institut e.V.) et de Roland Theis (Secrétaire d'Etat et plénipotentiaire pour les Affaires européennes de la Sarre) ont souligné l’importance des marchés du travail transfrontalier pour une Europe vivante et la pertinence de la disponibilité de données fiables pour les décideurs politiques. 

En introduction, Nicolas Rossignol (Head of Unit for Evidence and Outreach au sein de l'European Observation Network for Territorial Development and Cohesion (ESPON)) a présenté les objectifs et les méthodes de l'observation territoriale au niveau européen à travers plusieurs exemples concrets. Ensuite, des représentants d'institutions d'observation territoriale de différentes régions frontalières situées au cœur de l'Europe ont présenté leurs structures et les résultats de leurs analyses du marché du travail. Marie Feunteun-Schmidt (Coordinatrice de l'IBA·OIE et chargée d'études) a présenté l'Observatoire interrégional du marché de l'emploi. À l'aide d'un certain nombre d'indicateurs dans les domaines du chômage des jeunes, de la mobilité transfrontalière et de la démographie, elle a souligné les défis actuels du marché du travail transfrontalier et de son observation au sein de la Grande Région.

Johan van der Valk (Responsable de projet Statistiques transfrontalières chez CBS Nederland) a mis en lumière les résultats des projets statistiques transfrontaliers aux Pays-Bas. Ce fut l'occasion pour lui de présenter les projets Interreg en cours sur l'observation transfrontalière du marché du travail et le portail de données statistiques transfrontalières mis sur pied dans ce contexte. Sa convinction des possibilités d'instaurer une coopération transfrontalière plus large et permanente des offices statistiques sur ces bases fut également un point essentiel de son propos.

Raphael Alù (Responsable d'équipe Applications SIG à l'Office statistique de Bâle-Ville) a montré qu'aussi sur le marché du travail transfrontalier de la région du Rhin supérieur, l'observation du marché du travail ne peut s'arrêter aux frontières nationales. Le portail web interactif du projet EURES Arbeitsmarktmonitoring EURES-T Rhin supérieur offre un accès à de nombreux indicateurs liés à cette thématique.

Les interventions des différents régions frontalières situées au cœur de l'Europe ont été complétés par un exposé de Bertrand Kauffmann (Directeur régional adjoint INSEE Auvergne-Rhône-Alpes). Il a présenté l'observation territoriale de la région frontalière franco-valdo-genevoise et s'est également penché plus particulièrement sur la question de savoir comment mieux définir le territoire d'observation.

La table ronde qui a suivi les exposés, animée par Dr. Rachid Belkacem (Université de Lorraine/UniGR-Center for Border Studies) et qui réunissait Nicolas Rossignol, Johan Van der Valk, Bertrand Kauffmann ainsi que Dr. Jeanne Ruffing (Coordinatrice de l'IBA·OIE) et Madeleine Imhof (Directrice de l'Office statistique du canton de Bâle-Ville) a permis dans un premier temps de faire apparaitre clairement qu'il existe toujours un fossé entre les données transfrontalières harmonisées disponibles et la diversité des informations dont les décideurs des régions frontalières ont besoin. Les participants à la table ronde ont échangé sur les différentes approches des observatoires que peut comprendre l'utilisation de sources alternatives d'information et de nouvelles approches de modélisation, ainsi que le besoin d'informations et d'analyses supplémentaires pour contextualiser les indicateurs disponibles et rendre leur appropriation plus facile. Un échange renforcé entre les institutions responsable de l'observation transfrontalière pourrait permettre d'apprendre les uns des autres et de sensibiliser les acteurs nationaux et européens aux besoins des régions concernées.

Situation des seniors sur le marché de l'emploi de la Grande Région

Atelier-débat de l'IBA·OIE du 20/11/2017 au LISER au Luxembourg

L'évolution démographique et ses effets escomptés ont considérablement modifié l'image des travailleurs âgés sur le marché du travail et dans la politique sociale. Les appels en faveur d'un vieillissement actif et d'un environnement de travail adapté à l'âge et ses besoins sont aujourd'hui largement présents dans les discussions actuelles.Toutefois, un examen plus approfondi de la situation dans les différentes composantes de la Grande Région révèle des différences considérables, que ce soit en ce qui concerne le taux d'emploi des personnes âgées, mais aussi les mesures et stratégies de la politique du marché du travail dans ce contexte. L'étroite interconnexion des marchés du travail dans la Grande Région rend insidispensable une approche transfrontalière.

L’IBA·OIE a invité des expertes et experts issus de la recherche et la pratique afin qu’ils présentent leur approche du sujet ainsi que les particularités régionales de la situation des seniors sur le marché du travail dans leurs régions respectives. Les deux discours introductifs de Dr. Aline Muller (Directrice générale du LISER) et Prof. Dr. Heinz Bierbaum (Directeur de l’INFO-Institut e.V.) ont souligné l’importance et l’actualité du sujet – au regard du potentiel de la Grande-Région et des discussions politiques actuelles concernant l’aménagement du temps de travail.

En guise d’exposé introductif, Alexandre Parment (GIP-LorPM et membre du réseau IBA·OIE) a présenté quelques indicateurs statistiques illustrant la situation actuelle du marché de l’emploi des seniors au sein de l’espace de coopération. Les chiffres sont clairs : les actifs en Grande Région sont de plus en plus nombreux et deviennent toujours plus âgés.

« Politiques des fins de carrière – Influences européennes et appropriations régionales » fut le titre de l’intervention de Bernard Conter, chargé de recherche à l’IWEPS (Institut Wallon de l’Evaluation, de la Prospective et de la Statistique). Il présenta les mesures de politique de l’emploi de la Belgique et de la Wallonie, l’ajustement nécessaire aux consignes européennes et thématisa le changement de paradigme politique qu’accompagne actuellement la prise en considération des seniors sur le marché du travail.

Le lien direct avec la pratique a ensuite été fait par Christian Herson, président du Relais Amical Malakoff-Médéric Moselle et Rhin et ancien directeur de l’ARACT Lorraine, lors son exposé intitulé « Prolonger la carrière des seniors – Impérieuse nécessité et ambitieux défi ». Enrichie par des témoignages d’expériences et des exemples pratiques, il brossa un tableau clair de la situation actuelle des travailleurs plus âgés, sans oublier de regarder du côté des entreprises et acteurs politiques.

Un exemple concret de la façon dont les mesures de soutien peuvent être mises en place a été par la suite présenté par Ursula Kilburg, associée gérante de l’entreprise sarroise Metallguss Luck. De cette manière, elle exposa son concept réussi d’adaptation aux besoins des seniors au sein de son entreprise.

La table ronde qui a suivi a permis au public de souligner la pertinence d’avoir mis l’accent sur des exemples pratiques lors des exposés. Les changements à venir dans le monde du travail en lien avec la numérisation ont également été abordés, au regard particulièrement des possibilités de formation continue, et ce précisément pour les seniors. Il a par ailleurs été question des aspects de politique sociale, et notamment de la situation précaire de nombreux seniors qui constitue dans les débats actuels de politique du marché du travail un aspect à ne pas sous-estimer. De plus, il a été fait mention d’une étude actuellement réalisée au LISER et qui identifie la reconnaissance comme la motivation la plus importante chez les seniors actifs.

Enfin, le bilan de la demi-journée effectué par Dr. Franz Clément (LISER et membre de l’IBA·OIE) a permis de remettre l’accent sur l’importance de la manière dont les seniors sont perçus au sein des entreprises. Car en effet, l’expérience et la force de travail des seniors sont justement sollicités – particulièrement ici en Grande Région. Le Walking Lunch qui a clôturé la manifestation fut l’occasion de continuer les échanges entre experts et confirma cette année encore le succès du concept de l’atelier-débat de l’OIE.

L'anniversaire de l'IBA·OIE a été un grand succès

C'est dans un cadre exceptionnel, dans la salle de lavage du charbon du musée de la "Mine Wendel" à Petite Rosselle, que l'Observatoire interrégional du marché de l'emploi de la Grande Région a fêté son 15e anniversaire.


Le matin, les quelque 60 participants ont assisté à plusieurs présentations sur le thème de la "numérisation du monde du travail". Jean-Claude Chalon, du service de recherche du FOREM, a présenté ses travaux sur l'avenir des différents profils professionnels. Il a replacé les changements dans le monde du travail dans le contexte plus large des changements techniques, sociaux et culturels.

Le deuxième intervenant, Frédéric Pelletier, conseiller EURES, est chargé du placement des demandeurs d'emploi français et belges au Luxembourg. Il a expliqué à l'auditoire comment il agence, dans son travail quotidien, le placement en ligne et le contact direct avec les candidats et les employeurs.

L'industrie 4.0 était le thème de la présentation Dr. Matthias Hoffmann du Centre d'information sarrois pour la conception de technologies socialement compatibles (BEST e. V.). Selon une enquête menée auprès des comités d'entreprise, l'industrie 4.0 n'en est encore qu'à ses débuts dans la plupart des entreprises sarroises. Par conséquent, à l'heure actuelle, les employés ont encore la possibilité de façonner la transformation de leur entreprise.

Ensuite, les participants ont discuté des thèmes "formation", "conditions de travail" et "rôle de la politique" dans des groupes de travail en ce qui concerne la numérisation du monde du travail.

Ensuite, trois membres fondateurs de l'IBA·OIE ont prononcé un bref discours au cours d'une cérémonie festive : Jean-Paul Duprez de l'Institut Wallon de l'Evaluation, de la Prospective et de la Statistique IWEPS, Prof. Dr. Heinz Bierbaum, directeur de l'INFO-Insitut e.V. et premier coordinateur de l'IBA·OIE, Dr. Lothar Kuntz, sont revenus sur les débuts animés, les rouages particuliers du financement INTERREG et quelques belles anecdotes du travail interculturel.

Dans l'ensemble, tout le monde s'est accordé à dire que, grâce au financement structurel des composantes, à la stabilité de la composition et au grand engagement personnel de nombreux participants, l'IBA·OIE est devenu un pilier de soutien de la coopération interrégionale.

L'attente du passage d'un orage violent devant l'ancien décor industriel de la mine Wendel et une visite guidée particulièrment intéressante de la mine d'exposition ont clôturé la journée.

Quelles langues pour la Grande Région aujourd’hui et demain ?

7e atelier-débat de l'IBA·OIE le 21 mars 2012 à Sarrebruck

Le marché du travail ne doit pas être la seule perspective lorsqu'on parle de langues, de compétences linguistiques, d'apprentissage des langues. Les compétences en langues étrangères ne sont pas seulement importantes en tant que qualification pour l'employabilité des salariés, la compétitivité des entreprises, mais elles sont certainement aussi une composante importante du développement de la personnalité dans le fait qu'elles aident à comprendre d'autres milieux culturels, à élargir les horizons, sont une clé de la participation à un monde globalisé, en Europe et bien sûr aussi dans la Grande Région, et enfin, elles sont aussi un facteur significatif de l'intégration des migrants, surtout si la langue étrangère est la langue du pays d'accueil.

Deux aspects intéressent particulièrement l'Observatoire du marché de l'emploi: premièrement, l'aspect des exigences en matière de langues étrangères pour les employés dans les entreprises ou auprès d'autres employeurs dans leur propre pays, et deuxièmement, bien sûr, l'importance des compétences en langues étrangères en ce qui concerne l'accès à un autre marché du travail au-delà de la frontière. L'événement a servi à éclairer les questions sous différents angles : les perspectives régionales, mais aussi les perspectives différentes du point de vue de l'intérêt et de l'étendue des tâchesl.

Compatibilité de l’offre et de la demande de main-d’oeuvre sur le marché de l’emploi de la Grande Région

Deux atelier-débats de l'IBA·OIE dans le cadre du projet OPTI-MATCH

Atelier-débat de l'Observatoire Interrégional du marché de l'emploi de la Grande Règion dans le cadre du projet „OPTI-MATCH“ le 17 juin 2010 à Sarrebruck :

Compatibilité de l’offre et de la demande de main-d’oeuvre sur le marché de l’emploi de la Grande Région: Situation actuelle du placement transfrontalier dans la Grande Région – premiers résultats sélectionnés d’une enquête effectuée auprès d’acteurs des organismes de placement publics et privés dans la Grande Région

Atelier-débat de l'Observatoire Interrégional du marché de l'emploi de la Grande Règion dans le cadre du projet „OPTI-MATCH“ le 15 décembre 2010 à Sarrebruck :

Compatibilité de l’offre et de la demande de main-d’oeuvre sur le marché de l’emploi de la Grande Région: Défis que présente le placement de main d’oeuvre sous l’angle transfrontalier

 

Les régions frontalières, des pôles régionaux au développement dynamique dans un contexte de la concurrence interrégionale & Le rôle des services publics de placement dans les composantes de la Grande Région

Deux atelier-débats dans le cadre du projet OPTI-MATCH

Atelier-débat de l'Observatoire Interrégional du marché de l'emploi de la Grande Règion dans le cadre du projet „OPTI-MATCH“ le 21 janvier 2009 à Sarrebruck :

« Assurer l’avenir: Les régions frontalières, des pôles régionaux au développement dynamique dans un contexte de la concurrence interrégionale - La Grande Région SaarLorLux-Rhénanie-Palatinat-Wallonie est-elle en passe de devenir une mégapole européenne ?»

Atelier-débat de l'Observatoire Interrégional du marché de l'emploi de la Grande Règion dans le cadre du projet „OPTI-MATCH“ le 16 décembre 2009 à Sarrebruck :

Compatibilité de l’offre et de la demande de main-d’oeuvre sur le marché de l’emploi de la Grande Région: Le rôle des services publics de placement dans les composantes de la Grande Région - Structures et processus sélectionnés

L’évolution démographique – Défis et chances pour le marché de l’emploi dans la Grande Région

2e atelier-débat de l'Observatoire Interrégional du marché de l'emploi du 19 janvier 2006 au Luxembourg

D'ici 2020, la population de la Grande Région diminuera d'environ 1 %, mais dans le même temps, la population vieillira en raison de l'augmentation de l'espérance de vie.

Le déclin de la population et le changement des structures d'âge ne mettent pas seulement les systèmes sociaux existants à l'épreuve, mais surtout, une profonde mutation de l'emploi et du monde du travail est en cours.

C'est dans ce contexte que les invités et les intervenants ont discuté des effets du changement démographique sur le marché du travail dans la Grande Région lors de la deuxième réunion atelier de l'Observatoire interrégional du marché du travail (IBA·OIE) le 19 janvier 2006 à Luxembourg.

La Grande Région évolue. Ses habitants font leurs courses dans les régions voisines, profitent des offres de loisirs et d'immobilier et travaillent de l'autre côté de la frontière. Sommes-nous sur la voie d'un environnement de travail et de vie intégré ?

Cette question a été débattue par les intervenants et les invités lors de l'atelier-débat de l'Observatoire interrégional du marché de l'emploi (IBA·OIE) le 17 février 2005 au Ministère de l'Economie et du Travail de la Sarre. L'accent a été mis sur les 160 000 travailleurs de la Grande Région qui traversent une frontière nationale pour se rendre sur leur lieu de travail.

Le thème des "navetteurs transfrontaliers" est le prélude d'une série de projets Interreg III RRM e-BIRD, dans le cadre desquels la discussion de l'atelier-débat a eu lieu. De nouvelles perspectives et de nouveaux aspects des déplacements transfrontaliers ont été explorés en profondeur lors de discussions avec des experts.