Dans la Grande Région, 7,5 % des salariés ont signé un contrat à durée déterminée.

C'est au Luxembourg que la part des salariés en contrat à durée déterminée est la plus élevée en 2019 (9,1 % de l’ensemble des salariés), suivie de la Sarre (7,4 %). La Wallonie enregistre la proportion la plus faible (6,5 %).

Entre 2014 et 2019, le Luxembourg affiche la plus forte progression du nombre de contrats à durée déterminée (+ 1 pp), suivi de la Wallonie avec + 0,8 point de pourcentage. Dans les composantes allemandes, la tendance est à la régression (- 2,8 % en Sarre et - 1 % en Rhénanie-Palatinat). Au cours des 5 dernières la Lorraine enregistre un léger recul de 0,2 %.

Dans la Grande Région, les jeunes (15-24 ans) sont davantage concernés par les contrats à durée déterminée que la moyenne.

En 2019, la part des jeunes dans l’ensemble des CDD a légèrement augmenté par rapport à 2017 (21,7 % contre 24,4 %) et leur part sur le marché de l’emploi a également légèrement augmenté (de 6,4 % à 6,6 % de l’ensemble des salariés).

 

En 2019, plus d’un quart des employés dans la Grande région travaillent à temps partiel, une valeur plus élevée que celle de l’Union Européenne.

C’est dans les composantes allemandes que ces contrats sont les plus fréquents (respectivement 28,4 % et 30,2 % des emplois en Sarre et Rhénanie-Palatinat).

La Wallonie et la Lorraine enregistrent des proportions bien moins élevées (respectivement 23,9 % et 20,4 %). Avec une part de 17,2 %, le Luxembourg détient la part la plus faible de travailleurs à temps partiel.